Aspects historiques et environnementaux


Il semblerait que les Romains aient tiré profit de l’implantation sur ce site pour y installer au « du­num » de Briailles des feux servant à émettre des signaux. Des vestiges antiques ont été retrouvés, comme des fragments de tegula. Des blocs de pierre taillés durant l’Antiquité ont servi de remploi dans la maçonnerie de la chapelle.

Au Moyen-Âge, Briailles est une paroisse rattachée à l’abbaye de Tournus, selon une bulle du pape Pascal II datée du 24 avril 1105. Une église y est mentionnée.

 UN FAIT NIMBE DE MERVEILLEUX

La « légende de BRIAILLES », riche de détails merveilleux et populaires, peut se ramener en bref à ceci :

Il y a des siècles, l’église d’AGONGES possédait une statue très vénérée de la Vierge, qu’on invoquait contre les calamités ; un jour, malgré toutes supplications à la Vierge, la grêle ravagea la paroisse. Irrités, les gens d’AGONGES commandèrent au sacristain de fouetter la statue : ce qu’il fit. Le lendemain, elle avait disparu et on ne la retrouva que plusieurs jours après dans les branches d’un ormeau ; on la ramena dans sa niche, mais elle disparut de nouveau.

7 ans plus tard, un bouvier la retrouva dans la forêt de BRIAILLES ; une grande lumière attira les gens de CHAZEUIL. On éleva alors une chapelle sur la côte de la Ronde à CHAZEUIL, comme sur la côte de BRIAILLES. Les gens d’AGONGES participèrent à ces constructions et désormais vinrent régulièrement en pèlerinages de pénitence à BRIAILLES.

1666 – Dans les registres paroissiaux de SOUVIGNY, on trouve à la date de 1666, mention d’un retour de pèlerinage à Notre Dame de BRIAILLES ; on s’y rendait de plusieurs paroisses proches d’AGONGES et sur le passage des pèlerins, les enfants criaient : « V’là les fouetteux de la boune Vierge »


 

 

HISTOIRE DE LA CHAPELLE A TRAVERS LES SIECLES

Autrefois centre paroissial, elle était passée au XVI siècle sous la juridiction du curé de Saint-Georges de SAINT POURCAIN. Elle avait les droits et privilèges des églises annexes, on n’y baptisait jamais, par contre on n’y célébrait mariages et enterrements.

1671 - Le Baron Hyacinthe Bianki, ancien grand trésorier de Pologne, en route pour Briailles dont il vient prendre possession du château nouvellement acquis, est mort le 26 septembre 1671. Son corps est déposé dans la chapelle jusqu’en 1674, puis inhumé dans l’église de Paray-sous-Briailles.
Une litre funéraire porte un blason représentant un lion jaune sur fond noir. Elle lui est attribuée et peut avoir été réalisée peu de temps après sa mort.       

 1704 - Le 31 octobre une cloche a été bénite sous le nom de Saint-Gilles.

Jusqu’en 1793 le cimetière qui entourait la chapelle de BRIAILLES reçut les dépouilles des gens du village et sans doute de quelques-uns des hôtes du château. Mais on ne fit plus de cérémonies nuptiales canoniques à partir du 16 septembre 1636. Ce jour-là Mr COUBAYON curé de Saint-Georges avec l’autorisation de Monseigneur l’Evêque de CLERMONT, décide qu’aucun mariage ne serait plus célébré à BRIAILLES.

1793 - la chapelle fut vendue comme bien national et devint une remise agricole et même une étable.

1895 - le 25 mars le Frère Provincial des Maristes de VARENNES, se promenant sur la colline de BRIAILLES, fut profondément affligé de constater le délabrement de cette ancienne chapelle.  Mademoiselle de CHIZEUIL, religieuse à LYON et propriétaire du bien donna son consentement et pourvut à tous les frais. Elle donna la chapelle restaurée au diocèse, celle-ci fut bénie le 2 juillet 1896

1912 – Mr l’abbé MOITRON fit appel à la générosité des paroissiens pour munir la chapelle d’une cloche. - Le 15 août, à 17 heures, bénédiction solennelle de la cloche. Le 16, selon la coutume, aux heures et endroits habituels, la bénédiction des animaux. - Le 18, fête de Saint-Roch, patron du village, à 9 heures messe solennelle dans la chapelle. Les parrains et marraines pour le baptême de la cloche, étaient Mr FARJAS et Melle de CHIZEUIL.
 
 



Vers 1925 – Travaux d’entretien et de réparation menés par Mr AUDEBET, curé de SAINT-POURCAIN.

Vers 1985 – Des travaux extérieurs ont été réalisés : toiture, crépissage.

En 2011 - Début des travaux de restauration actuels.